LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL GEORGES POMPIDOU

LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL GEORGES POMPIDOU

AEFE

LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL GEORGES POMPIDOU

Cellule besoins particuliers

 

En février 2015, le LFIGP a mis en place une structure pour rendre plus efficiente la prise en charge des élèves à besoins particuliers, et ce, dans le cadre d’un projet d’intégration validé en Conseil d’Établissement.
Jacques Corgini, ancien directeur de l’école primaire d’Academic City et ancien enseignant spécialisé, pilote cette structure depuis sa mise en place. Contact : jcorgini@lgp.ae

 

 De la maternelle à la terminale…

La politique de prise en charge des élèves à besoins spécifiques au LFIGP a pour finalité l’intégration de tous les élèves, quelles que soient leurs difficultés, dans les limites de conditions d’accueil de notre lycée.
Ce travail d’accompagnement s’effectue en parfaite coordination avec les équipes pédagogiques, dans le respect de certains prin­cipes déontologiques :
– Confidentialité : les informations partagées sont limitées aux données « utiles » à l’ac­tion.
– Confiance : le bon fonctionnement repose sur la confiance établie entre ses membres.
– Respect de l’élève et de sa famille
– Nécessaire adhésion de l’élève et de sa famille aux actions proposées par l’équipe pédagogique.

Dispositifs d’accompagnement

Ces dispositifs ont pour objectif la mise en place des dossiers, la prise de contacts avec les familles et les élèves, les liaisons avec les enseignants, le suivi des élèves…

Deux procédures sont appliquées :

Le Plan d’Accompagnement Personnalisé (PAP), pour les élèves présentant des difficultés scolaires durables en raison de troubles des apprentissages. C’est un dispositif d’accompagnement pédagogique qui s’adresse aux élèves de Maternelle, de l’Elémentaire et du Secondaire, pour lesquels des aménagements et adaptations de nature pédagogique sont nécessaires, afin qu’ils puissent poursuivre leur parcours scolaire dans les meilleures conditions, en référence aux objectifs du cycle.
Celui-ci favorise l’homogénéité des pratiques et la continuité des aménagements (4 fiches distinctes de la maternelle au lycée qui peuvent s’ajouter progressivement).
Le document suit l’élève : c’est un outil de liaison modifié tous les ans.

Le Projet d’Accueil Individualisé (PAI)  concerne les élèves atteints de maladies chroniques (asthme par exemple), d’allergies et d’intolérances alimentaires. Il leur permet de suivre une scolarité normale. Chaque élève titulaire d’un PAI peut ainsi bénéficier de son traitement ou de son régime alimentaire. Il sert à assurer sa sécurité et pallier les inconvénients liés à son état de santé. Il peut comporter un protocole d’urgence qui est joint dans son intégralité au PAI.
Ce document doit être utilisé au sein des établissements scolaires afin de faciliter l’homogénéité des pratiques académiques, la continuité et le suivi des aménagements, notamment pour les élèves qui seraient amenés à changer d’établissement. Une attention particulière est donc portée à sa transmission lors de la liaison école-collège ou collège-lycée.
Il présente la situation de l’élève et les aménagements et adaptations pédagogiques à mettre en œuvre pour répondre à ses besoins spécifiques. Ce document propose une liste non exhaustive d’adaptations et d’aménagements possibles.

Les enfants intellectuellement précoces

« La réussite d’un enfant intellectuellement précoce ou manifestant des aptitudes particulières nécessite parfois des aménagements particuliers de son parcours scolaire tels que les prévoit le code de l’Éducation dans son article L.321-4. »
S’il est difficile de donner une définition générale des Enfants Intellectuellement Précoces « EIP » du fait de leur singularité et de la diversité de leurs profils, une caractéristique commune les relie cependant : des aptitudes nettement supérieures à celles des enfants de leur classe d’âge dans certains domaines.
Paradoxalement, certains E I P se révèlent à travers leurs difficultés dans le cadre scolaire en raison de leur fonctionnement atypique et de leur personnalité.
Parfois, la dyslexie, la dyspraxie, la dysgraphie, les troubles de l’attention… peuvent également être au premier plan et masquer la précocité.
Identifier la précocité permet souvent de donner du sens à certains comportements d’élèves et de proposer des solutions adaptées.
Lorsque ces élèves  présentent ces troubles d’apprentissage, ils peuvent bénéficier d’un plan d’accompagnement personnalisé (PAP), qui organise les aménagements qui leur permettent d’entrer dans une dynamique de réussite scolaire.

 

Au Secondaire…

L’adolescence est une période de changements si importants et si déterminants pour l’avenir des élèves que nous devons tous, parents, équipe éducative et soignants, être très vigilants. Deux nouveaux dispositifs renforcent l’attention particulière portée aux élèves du LFIGP.

Cellule de veille

La cellule de veille, sous l’autorité du Proviseur et de du Proviseur Adjoint, est un outil de repérage des risques de rupture, d’identification des problématiques individuelles et de propositions d’actions de remédiation visant l’insertion scolaire.
Elle est composée du Proviseur Adjoint, des deux Conseillers Principaux d’Education, du Médecin scolaire, du Responsable PAP et de l’infirmière. Elle se réunit une fois par semaine.

Ses objectifs sont :

Cellule d’écoute

La cellule d’écoute s’adresse à la fois aux adolescents, aux parents et aux équipes éducatives.
Si l’un d’eux décèle un adolescent en détresse (changement d’humeur, tristesse, colère, troubles alimentaires…), exclu (« bullying ») ou en échec scolaire, il peut le signaler à l’infirmerie qui prendra contact avec l’élève pour un premier rendez-vous.
Très souvent, c’est l’adolescent lui-même qui, suite à de nombreux passages à l’infirmerie (maux de ventre, maux de cœur…) sollicite la rencontre avec la psychologue.  En relation avec l’équipe éducative, le médecin solaire ou l’infirmière décide d’orienter cet élève vers un soin extérieur ou vers une rencontre avec notre psychologue scolaire. Cette dernière assure une permanence de 2 heures chaque semaine.
L’objectif de cette cellule d’écoute ne se situe pas uniquement dans de la Prévention. La psychologue jugera s’il est nécessaire de revoir le jeune une ou deux fois, et surtout s’il est important de le diriger vers une aide extérieure. Il ne peut y avoir de suivi thérapeutique au sein de la cellule d’écoute.
Cependant, l’équipe médicale restera vigilante quant à l’évolution et aux soins prodigués à l’extérieur pour l’élève. Elle demandera régulièrement des rapports aux différents intervenants (notamment en cas d’anorexie).

 

Quelques définitions…

La dyslexie est un trouble spécifique de la lecture. Il s’agit également d’un trouble persistant de l’acquisition du langage écrit caractérisé par de difficultés plus ou moins avérées dans l’acquisition et dans l’automatisation des mécanismes nécessaires à la maîtrise de l’écrit (lecture, écriture, orthographe…).

La dysphasie est un trouble structurel, primaire et durable de l’apprentissage et du développement du langage oral : paroles indistinctes, troubles de la syntaxe, expressions par mots isolés, discours plus ou moins construit, manque du mot, compréhension partielle du langage oral…

La dyspraxie est  une perturbation de la capacité à effectuer un geste ou une activité volontaire (nommé “praxie”). Cette affection résulte d’un trouble de la zone cérébrale qui commande la motricité. Elle peut se manifester par deux types de symptômes. Il s’agit de difficultés à :

Excellence pour tous

 

Pour la procédure de mise en place, vous pouvez consulter le document “Infos générales PAI” en téléchargement

Foire aux questions sur les dispositifs mis en place pour les élèves à besoins éducatifs particuliers en téléchargement.