LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL GEORGES POMPIDOU

LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL GEORGES POMPIDOU

AEFE

LYCÉE FRANÇAIS INTERNATIONAL GEORGES POMPIDOU

Sharjah, c’était comment avant ?

Date du projet : 7 décembre 2015

En novembre, les CE1 de Sharjah ont reçu la visite de Monsieur Loïc Le Coustumer qui a travaillé dans une entreprise pétrolière aux Emirats et a dessiné les plans de l’école de Sharjah.

Les enfants ont interrogé leur visiteur, curieux de savoir quand et comment leur école a commencé…

 

Les élèves : quand notre école a-t-elle commencé ?

Monsieur Loïc : dans les années 1973 1974, il y avait des cours donnés par des maîtresses dans deux maisons privées dans un autre quartier ; c’était l’école privée d’une entreprise. Des personnes voulaient vraiment une école française;  alors elles se sont unies pour créer le projet, trouver l’argent nécessaire pour toutes ces constructions, dessiner les plans de l’école et la faire construire. Elles ont été aidées par des Emiratis comme Sheikh Saqr et Sheikh Al Qassimi qui a offert le terrain actuel aux Français. L’école a ouvert ses portes en septembre 1977.

Les élèves : où habitaient les élèves ?

Monsieur Loïc : à Sharjah. La plupart des élèves venaient de France et il y avait aussi une famille qui venait de Chine.

Les élèves : où étaient les salles de classe ?

Monsieur Loïc : elles étaient en forme de cube autour de la cour.

Les élèves : quel était le matériel des élèves ?

Monsieur Loïc : il n’y avait rien aux Emirats; alors les gens amenaient toutes leurs affaires de France.

Les élèves : comment étaient les tableaux ?

Monsieur Loïc : ils étaient verts et on écrivait avec des craies.

Les élèves : les élèves amenaient-ils leurs goûters ?

Monsieur Loïc : non ! Mais ils rentraient chez eux pour le déjeuner. Ils allaient à la piscine et à la plage. Il n’y avait ni « mall », ni jeu vidéo, ni Internet.

Les élèves : est-ce qu’il y avait des climatiseurs dans les classes ?

Monsieur Loïc : oui, mais il y avait des trous dans les murs pour mettre des climatiseurs qui ne fonctionnaient pas toujours car il y avait de longues coupures d’électricité.

Les élèves : est-ce qu’il y avait des bus ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce qu’il y avait un gymnase ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce qu’il y avait une récréation ?

Monsieur Loïc : oui

Les élèves : est-ce qu’il y avait une salle de théâtre ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce qu’il y avait une cantine ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce que l’on faisait de la Zumba ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce que les élèves avaient des cartables ?

Monsieur Loïc : oui

Les élèves : est-ce qu’il y avait des fontaines d’eau ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce que les élèves faisaient des dictées ?

Monsieur Loïc : oui

Les élèves : est-ce qu’il y avait des nannies ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce qu’il y avait des classes d’arabe ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce qu’il y avait des classes d’anglais?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : est-ce qu’il y avait des classes de religion ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : y avait-il des toilettes ?

Monsieur Loïc : oui

Les élèves : y avait-il une BCD ?

Monsieur Loïc : non, mais il y avait une dame qui s’occupait des livres de l’école.

Les élèves : y avait-il une infirmerie ?

Monsieur Loïc : non, les maîtres et les maîtresses soignaient les élèves.

Les élèves : y avait-il des ordinateurs ?

Monsieur Loïc : non

Les élèves : nous tenons à remercier toutes les personnes et les entreprises qui ont fait tant d’efforts pour la création de notre école et en particulier Monsieur Jean Michel Regnault. Nous remercions Monsieur Loïc qui a eu la gentillesse de venir nous raconter l’histoire de notre école.

 Monsieur Loïc : aimez-vous votre école ?

Les élèves : nous l’aimons beaucoup !

Monsieur Loïc : alors j’en suis très heureux et je suis sûr que tous ceux qui l’ont créée, comme moi, seraient très contents de vous voir heureux dans votre école !

 

Merci encore à Monsieur Loïc !

Vive notre école française de Sharjah !